Dossier données ouvertes liées au musée

Olivier Charbonneau 24 janvier 2017

En juin dernier, j’ai eu la chance de participer à une « journée professionnelle » de la Société des musées de Québec sur les données ouvertes liées. Je suis heureux d’apprendre qu’un dossier complet est diffusé sur le site de la SMQ, incluant une captation de certaines interventions.

Ma préférée est sans l’ombre d’un doute la démonstration de Rodolphe Bailly, de la Cité de la musique de Paris, de la platforme sémantique MIMO.

Aussi, je dois avouer toujours apprécier les interventions de Josée Plamondon – une experte incontestée des données ouvertes liées. Pour en savour plus, je vous réfère au carnet de Josée Plamondon qui est intervenue lors de ce colloque.

Nos contenus culturels sont-ils dans le web des données ? Rapport-synthèse produit pour la SODEC, avril 2016

Source: http://joseeplamondon.com/contenus-culturels-sous-sur-ou-dans-le-web/

Mis à jour le 24 janvier 2017 à 11 h 46 min.

Commentaires

2 commentaires pour “Dossier données ouvertes liées au musée”

  1. Merci, Olivier , pour cette mention. mais j’aimerais bien être contestée ou , à tout le moins, ne pas être seule à insister pour que nous investissions autant dans l’information que dans les technologies de l’information. La donnée qui fait du sens est au cœur des modèles d’information numérique numériques et les spécialistes des sciences de l’information maîtrisent les concepts et les principes qui permettent d’aborder les problématiques liées à la standardisation et à l’interopérabilité des systèmes.

    J’aimerais trouver, au Québec, une communauté de pratique des sciences de l’information, autour d’enjeux beaucoup plus larges et complexes que la gestion de collections. Une communauté qui réunirait principalement (mais pas uniquement) des praticiens et chercheurs issus des domaines de l’information (son organisation, sa circulation, son écosystème) et des technologies de l’information (environnement technologique, logiciels, visualisation) et qui s’intéresserait au web des données, à l’intelligence artificielle, à l’accès/diffusion de la connaissance. Nos programmes universitaires ne peuvent continuer à rester cloisonnés et à ignorer les transformations qui font de la maîtrise de l’information un avantage stratégique et économique.

    • Je suis absolument d’accord! Je crois que la solution idéale consiste à lancer des chantiers afin de motiver des communautés à mettre en oeuvre les technologies des données ouvertes liées… Le financement de ces initiatives est la clé de voûte… le nerf de la guerre… notre Waterloo…

Laisser un commentaire