Journaux prédateurs

Le libre accès à la documentation scientifique est un sujet d’importance capitale pour les universitaires. Une des conséquence néfaste de ce movement vertueux consiste en l’émergence de journaux prédateurs, abusant du mouvement de la voie dorée de la publication en accès libre en lançant des journaux de piètre qualité simplement pour obtenir des frais de publication auprès de chercheurs désespérés ou étourdis.

Comment savoir si un journal ou un éditeur pratique la prédation? Ce n’est pas évident. Permettez-moi de vous raconter l’histoire de Jeff Beall.

Ce bibliothécaire américain proposait une liste de journaux prétoires (ou, selon son site, « problématiques ») jusqu’à ce qu’il reçoive, ainsi que son université, une mise en demeure de la part de certains des éditeurs pour atteinte à la réputation (en droit, il s’agit d’une poursuite bâillon). N’ayant pas obtenu le support juridique adéquat, il a retiré sa liste d’internet. Depuis, il semble que la liste est maintenue par une source anonyme à cette adresse : https://beallslist.weebly.com/ (la source anonyme de ce site indique avoir diffusé une mise à jour il y a quelques semaines). La liste originale, à jour jusqu’en 2016, est archivée sur le site du Way Back Machine de l’Internet Archive : https://web.archive.org/web/20170111172309/https://scholarlyoa.com/individual-journals/ Le côté anonyme de cette source me gêne mais le contexte historique de celle-ci me rassure.

Certaines de mes collègues à Concordia ont travaillé la question des journaux prédateurs. J’ai pu discuter de la question avec l’une d’elles ce matin et elle m’indique que le site Internet des bibliothèques de l’University of British Columbia propose une excellente ressource sur la question des journaux prédateurs. Elles ont ajouté certains de ces élément sur notre propre site internet, dans la section sur le libre accès et les journaux prédateurs.

Source: Hall, Lake & Dennie. Choosing the right journal for your research: predatory publishers & open access, page visitée le 13 décembre 2017, http://www.concordia.ca/content/dam/library/docs/research-guides/political-science/GPLL234-predatory-publishing-FINAL.pdf

Par ailleurs, elles recommande le site http://thinkchecksubmit.org/. Non seulement est-il cité par les sites internet des bibliothèques de l’UBC et de Concordia, mais il est soutenu pour une impressionnante communauté d’associations reconnues du domaine de l’édition savante. Le seul bémol serait la dernière mise à jour de la section “what’s new” qui date de mai dernier… mais ça, c’est être pointilleux. Ce site est traduit en plusieurs langues, dont le français.

Ce contenu a été mis à jour le 14 décembre 2017 à 13 h 57 min.

Commentaires

Laisser un commentaire