France

Critique France Internet Livre et édition

Mon ami Sartre

Il me restait quelques moments avant de terminer ma journée, quelques minutes tout au plus, juste assez pour repasser les missives reçues par courriel pour m’assurer que je n’ai pas complètement négligé ma correspondance. Et je suis tombé sur ce message, sans mots autre qu’un hyperlien, de ma propre plume, à moi même.

Il s’agit du message parfait pour meubler ces instants où le soleil d’automne vacille vers le crépuscule. Le voici:

http://figura-concordia.nt2.ca/appel-raconter-linternet

Ah oui, il s’agit d’un appel de communication de mes collègues en littérature – un domaine que je considère comme prioritaire pour partager mes résultats de recherche en droit d’auteur numérique… dans l’appel, une phrase en particulier m’accroche, une référence directe à Jean-Paul Sartre:

Cette journée d’étude vise à réfléchir à la présence du numérique dans le roman et à ses implications sur l’imaginaire contemporain. Les interventions, que nous souhaitons fondées sur des études de cas, chercheront à émettre quelques hypothèses sur ce que « peut » la littérature, pour reprendre la célèbre formule de Sartre, lorsque confrontée aux effets sémiotiques ou rhétoriques des innombrables dispositifs, applications, réseaux et logiciels qui balisent désormais le quotidien.

Tiens, une célèbre formule de Sartre ? Quid… Mon le duo Google-Wikipedia me lancent sur la trace de l’essai Qu’est-ce que la littérature ? que je retrouve sous mes pieds (oui, oui, je travaille au 5e de ma bibliothèque universitaire et le livre est classé au 4e).

Il faut dire que le moment s’est envolé et j’ai réellement manqué mon train… assis sur ma chaise, je savoure cette édition ancienne, éphémère, où chaque page semble sur le point de se sublimer en nuage de poussière !

Je trouve beaucoup de perles, fragments de pensées attrapées par butinage paresseux. Je saute à la section « Pour qui écrit-on ? » de l’essai en question et je découvre ces mots, à la page 128-9:

L’écrivain consomme et ne produit pas, même s’il a décidé de servir par la plume les intérêts de la communauté. Ses oeuvres restent gratuites, donc inestimables ; leur valeur marchande est arbitrairement fixée. […] Au fond on ne paie pas l’écrivain : on le nourrit, bien ou mal selon les époques. Il ne peut en aller différemment, car son activité est inutile : il n’est pas du tout utile, il est parfois nuisible que la société prenne conscience d’elle-même. Car précisément l’utile se définit dans les cadres d’une société constituée et par rapport à des institutions, des valeurs et des fins déjà fixées.

Je viens de trouver ma lecture de chevet pour les prochaines semaines…

Communautés Conférence France Histoire et sciences sociales Lettres Montréal

Pistes pour se lancer dans le réseau

Je profite de l’École thématique CNRS sur l’Analyse de réseaux et complexité, pour partager quelques pistes intéressantes pour se « lancer dans le réseau » ou, les moyens pour s’engager dans ce domaine intellectuel:

N’hésites pas à ajouter des pistes supplémentaires dans les commentaires de ce billet ou contactez-moi pour que je puisse renseigner cette liste.

Un grand merci à Guillaume Favre du LISST à Toulouse pour le partage.
Conférence France

Analyse réseaux complexes — Jour 5

J’ai l’énorme privilège de participer à l’École thématique CNRS sur l’Analyse de réseaux et complexité.

L’émergence des collectifs à partir des réseaux – Michel Grossetti

Objectifs: formalisation et application

Travaille sur un vocabulaire/ontologie

Entité

  • Personne : tout humain vivant; les autres entités (animaux…) sont des ressources
  • Ressources de coordination: sont impliquées dans les interactions entre les personnes
  • Processus d’émergence (découplage) ou de dissolution (encastrement) des entités relativement à ce qui les constitue ou ce qu’elles contribuent à constituer
    • Artistes encastrées dans un collectif (Beatles ensemble)
    • Découplage – they split up
  • Processus:
    • Activité
    • Action
    • Interaction – créé son propre contexte
    • Processus est une construction analytique regroupant des activités considérées comme liées entre elles
  • Collectifs et réseaux: composés de personnes et de ressources
    • Collectif: ensemble de personnes partageant des ressources (contraintes/enjeux). Construction analytique (collectif analytique)
    • Lorsque certaines des ressources produisent des coordinations spécifiques à l’ensemble concerné, un processus de découplage (d’émergence) s’enclenche. Au delà d’un certain niveau de découplage, un  collectif devient un collectif explicite
    • Analogue à « groupeÉ ; « classe sociale » ; « organisation
  • Sphères d’activité et institutions
    • sphère d’activité: implique un ensemble donné de ressources
    • Comme les collectifs, certaines sphères d’activités sont explicites, institutionnalisés. Elles regroupent de nombreuses ressources spécialisés. D’autres sont seulement analytiques
    • Les ressources de coordination spécifiques à une sphère ……

Processus d’émergence et de collectifs

3 scénarios

  1. Polarisation externe
    1. (Classes sociales de Marx)
    2. Théorie des marchés de Harrison White: phase 2: équivalence structurelle  où chaque firme contracte avec chaque client d’un marché; le marché comme ensemble d’entreprises s’ajustant collectivement aux clients, comme des bancs de poisson – équivalence structurelle – revues spécialisées;
  2. Densification
    1. Mullins, Howard Benker, etc.
    2. Étape 1: réseau relativement ouvert, peu dense; Étape 2: groupement par densification des liens par des associations professionnelles ou industrielles, revues, etc. ; Étape 3: émergence de collectif par fragmentation de collectifs existants, sous-disciplines, spécialisation, voir polarisation interne: Mulkay et Edge, Andrew Abbott.
  3. Fragmentation
    1. Andrew Abbott. Ce dernier propose 3 types de fragmentation dans Chaos of disciplines, 2001: fragmentation simple, fractale, fractale avec reformulation

Entrepreneur de collectif: personnes ayant projets relativement au collectif

Émergence: permet d’aller au delà du binaire (existe/n’existe pas) pour un continuum de situations intermédiaires, ce qui est nécessaire pour étudier la constitution de collectifs; permet de mieux cerner les dynamiques; demanderait à être mieux précisée et équipée de critères empiriques

Modèles multi-agents et simulation – Paola Tubaro

Comment la structure des réseaux sociaux affecte-t-elle le travail d’équipe sur mars? ; Manzo et al. (2018) – la diffusion inégale d’innovation techniques – appartenance religieuse ; Casilli et al 2014 anorexie en-ligne ; … beaucoup d’autres exemples

Principes de fond

  • On regarde les interactions sociales ; on s’intéresse aux propriétés émergentes ( c-a-d résultant des interactions) et, éventuellement, usage de simulation informatiques en l’absence de solutions analytiques (Axelrod & Tesfatsion 2006)
  • « Générer des histoires » (Tesfatsion 2006), commerncer par des postulats concernant les agents et leurs interactions; puis, simuler les comportements d’un système où ces postulats s’appliquent; observer les conséquences dynamiques de ces postulats; produire des « expériences » …

Manzo, 2014b: usages des modèles multi-agents ; voir aussi Epstein 2006

Logiciels:

  • Netlogo
  • RNetlogo (Thiele et al, 2014)
  • GAMA = dponnées spatiales
  • OpenMole pour explorer les modèles

Visualisations de réseaux par matrices d’adjacence et représentations hybrides – Jean-Daniel Fekete

Logiciel de visualisation généalogique: http://aviz.fr/~fekete

Viz: Card & Mackinlay & Shneiderman: Readings in information 1999

Où se place la viz dans la chaîne scientifique? À quel endroit la positionner dans la structure épistémo-herméneutique / cadre théorique et conceptuel… ?

  • 1. Théorie/loi en haut => 2. modèle => 3. statistiques descriptives => 4. faits ou mesures
  • Entre modèle et statistiques descriptives: accommodement pour contradictions; « fits » ; Induces
  • La visualisation se situe au niveau des données statistiques

Prof. Fekete positionne la visualisation de données au niveau des statistiques descriptives

Visual Patterns, logiciel NodeTrix : https://github.com/IRT-SystemX/nodetrix

Réseaux dynamiques: Boyandin et al. 2012

Beaucoup d’exemples de visualisation dynamiques: Animation visuelle: Maray & Eades 2001 ; TempoViz ……………….

Visualizing Dynamic Networks with Matrix Cubes [CHI] aviz.fr/cubix

Interactive Visualizations for Dynamic and Multivariate Networks: vistorian.net

Analyse multiniveaux et réseaux – Emmanuel Lazega & Julien Brailly

Voir: Multilevel network analysis for the social sciences : theory, methods and applications / Emmanuel Lazega, Tom A.B. Snijders, editors.

Exemples:

  • système socio-sémantique (« éléments de connaissance » connectés à des « inventeurs »)
  • système socio-écologiques Bodin et al. 2016 Theorizing benefiits…
  • Système d’action multi-niveau Lazega 2007 Revue Française de sociologie aussi, Breiger 1974

Brailly 2016: dynamic networks of trade fairs, journal of economic geography

Europe des juges Dehousse, Forum de venise 2009

Multi-niveau et gestion des communs: gestion de l’eau en commun au Sénégal: Faye & Brailly

 

Table ronde : Analyse complexe et réseaux : quels enjeux interdisciplinaires ?

Conférence France

Analyse réseaux complexes — Jour 4

J’ai l’énorme privilège de participer à l’École thématique CNRS sur l’Analyse de réseaux et complexité.

Analyses longitudinales et réseaux – Claire Bidart

Ce matin, jeudi, j’ai pris 15 minutes de retard (juré!) car j’ai bouquiné au tabac du très sympathique village de Cargèse, il y avait une chouette sélection de bandes dessinées corses, alors j’ai manqué le début de la première session. En guise d’intermède, je vous balance la moitié de la 2e partie de ma thèse, où je traite du concept des réseaux du point de vue de la sociologie du droit. Pour lire l’ensemble de celle-ci, vous pouvez la télécharger depuis l’archive institutionnelle de l’Université de Montréal: Émergence de normes dans les systèmes économiques et sociaux d’oeuvres numériques protégées par droit d’auteur par Olivier Charbonneau 

Très intéressante interprétation de visualisations basées sur une variable temporelle, où l’on peut voir différents graphes selon les moments de la vie d’un.e jeune diplômé.e.

Modèle comparables : trajectoires France, Québec, Argentine // les liens perdus sont rapidement oubliés.

Compléter le longitudinal avec des entretiens, études qualitatives

Graphes attribués dynamiques – Yoann Pitarch

Approche méthodologique, à nous d’utiliser ces outils pour notre discipline.

Graphe attribué: en plus de la structure, dirigé ou non, les noeuds du graphe sont équipés d’attributs. Ces attributs sont numériques, ordinaux ou catégoriels.

Dynamiques: séquence de graphes. Les noeuds changent de valeur d’attribut et les liens évoluent entre les lieux.

Graphe attribué dynamique (GAD), comme: médias sociaux; Loisirs; bibliométrie; biologie….

Dans l’ensemble de l’analyse de réseaux, on fait de la fouille de graphes. Il y a deux sous-ensembles, qui se recoupent légèrement par certains aspects:

  • dynamiques, temporels, longitudinal: visualisation; détecter des communautés évolutives; évolution des indicateurs topologiques
  • ainsi que attribués et multivariés: extraction de motifs; détection de communautés homogènes
  • La présentation se situe à l’intersection de ces deux sous-ensembles.

Plan: Stocker et générer; Analyser: extraire des motifs caractéristiques, extraire communautés; visualiser

Gephi permet de visualiser et manipuler des GAD à travers le fichier .gexf

Stockage:

  • Mouvance NoSQL
  • Noe4j + langage d’interrogation Cypher (proche du SQL et SPARQL)
  • Possibilité d’attribuer les sommets et les relations
  • Mécanismes d’interrogation assez puissants mais sophistiqués
  • Bases de données orientées graphes
  • Problème de la modélisation du temps: les attributs deviennent des sommets; problème informatique difficilement résoluble

Générer les données

  • DANCer [Benyahia et al. 2016]

Extraire des données

  • Extraire des motifs dans les GAD: règles d’attribution [Agrawal et Srikant 1994], motifs séquentiels [A & S 1995], sous-graphes fréquents [Yan et Han 2002]

Analyser les motifs

  • Cohesive co-evolution patterns: Desmier et al. 2012
  • Motifs de déclenchement: Kayttoue et al. 2015 [what effects topological changes in dynamic graphs]
  • Vers la co-construction de nouveaux types de motifs et de nouvelles contraintes entre les SHS et les informaticiens
  • Détection des communautés: Bello et al. 2016 [community detection…]

Saisir le temps : les usages archéologiques de l’analyse de graphes – Clara Filet & Sébastien Plutniak

Sémantique de graphes archéologiques: Feugnet et al. 2017 [co-presence analysis and economic patterns…]

Mesures de (Dis)similarité: Mills et al. 2013 [transformation of social networks…]

Analyse des interactions temporelles avec les flots de liens (Matthieu Latapy)

http://complexnetworks.fr/
Pas réseau: interaction (événement à un moment donné) plutôt que relation entre des entités d’un réseau

Conférence France

Analyse réseaux complexes — Jour 3

J’ai l’énorme privilège de participer à l’École thématique CNRS sur l’Analyse de réseaux et complexité. Voici quelques notes.

Détecter des communautés scientifiques, à grande et petite échelle – Yves Gingras & Béatrice Milard

Yves Gingras & la grande échelle

Prof. Gingras propose un survol de ses résultats qui sont disponibles sur la plateforme DigitalHistoryOfScience.org pour le domaine économique. Il utilise des données bibliographiques pour représenter l’agglomération de diverses entités autour de disciplines. Ces entités peuvent être les auteurs ou certaines de leurs propriétés tels leur institution d’attachement, leur ville… Les liens sont surtout les co-auteurs d’articles, les citations.

Béatrice Milard & la petite échelle

À partir d’entretiens et d’un corpus de leurs publications internationales, prof. Milard vise à découvrir les entourages sociocognitifs et la structure des mondes scientifiques. Entre autres éléments, elle désire explorer les liens affectifs entre les auteurs des articles cités (connaissez-ils – car c’est surtout des hommes – ceux que vous citez).

Détecter les communautés disciplinaires et les ponts inter-disciplinaires – Pablo Jensen

Titre réel: Limites des communautés scientifiques

Quelle unité pour les systèmes complexes? « faire des patates » – de beaux réseaux avec des sommets en tailles variées. Qu’est-ce qui fait lien entre ses communautés? voir: Grauwin et al, JASIST (2012)

Atelier 1 – statistiques des réseaux

Hypothèse globale des statistiques: indépendance des observation

Hypo de la stat des réseaux: traquer la dépendance => on inverse l’hypo de base. Pauvreté des données (une seule vague de données), grandeur (nombre de dyades)

Avant les outils, 3 questions: que veut-on expliquer?; Quelles sont les variables explicatives  Variables indépendantes) c-a-d lien, attributs, les deux?; 3. réseauxdynamiques ou statiques

Outils statistiques

  • Analyse descriptives
    • mesures de centralité sur l’acteur => source de centralité
    • étude sur la structure globale => modèles de blocs ou blockmodels (voir première partie de la présentation)
  • Analyse explicatifs (stochastique) – c.f. QUANTITATIVE MODELING
    • étude de la variable performance selon les attributs des acteurs et leurs relations (modèles ALAAM)
    • Étude des effets d’attributs non structuraux sur l’existence d’un lien entre acteurs (modèles LRQAP) => voir 2e partie de la présentation (logistical regression)
    • Étude de la structure globale par un positionnement à l’échelle du voisinage relationnel (modèle ERGM)
  • Demain, autre atelier: modèle SCIENA: dynamique, mélange, le réseau est la variable

Avantage des modèles longitudinaux: on capte beaucoup de données et on décide ensuite les variables dépendantes ou indépendantes.

Blockmodeling et équivalence structurale

Mesure descriptive (de moins en moins présente) mais que le présentateur veut défendre

Simplifier et dégager les caractéristiques fondamentales des réseaux (un peu comme l’analyse factorielle)… enlever le bruit et de garder la structure essentielle

Sources du blockmodel

  • Lorrain & White : structural equivalence
  • White, Boorman, Breiger
  • R. Burt : positions in networks
  • Interprétation: Borgatti & Everett (1992) / Faust Wasseman (1992)

Logiciels

  • Pajek.imfm.sl/doku.php
  • Packages R
    • blockmodeling (un peu ancien
    • blockmodels (JB Leger)
    • Celui de pierre barbillon à Paris…
  • Blocks (Snijders)

L’équivalence structurale:

  • des noeuds ont la même position dans le réseau;
  • identifier des rôles sociaux, des groupes. Regrouper les acteurs en blocks (ou positions).
  • De Lorrain & White, 71
  • Exemple: deux individus ont les mêmes relations, mêmes amis et ennemies = ces noeuds sont équivalents
  • Simplification des noeuds par classe de participants homogènes; structurellement équivalents; mêmes flux de relations; fonctionne bien sur les réseaux dirigés mais peut s’appliquer au non-dirigé

2 notions (faust et wasserman) ppour sortir du paradigme de la dynamique du centre et de la périphérie

  • position
  • rôle

Exemple: Doreian et al. 2005 pour un salon de chaîne de télévision en Afrique

  • Ceux qui ont des relations « entre eux » permettent de distinguer les groupes entre eux
  • On représente ces relations « entre eux » par une boucle récursive entre les entités du réseau blockmodelisé
  • Un peu comme de « Analyse factorielle sur le clustering « 

Super pour faire émerger des domaines sémantiques dans un corpus de documents se citant en appliquant le « blockmodeling général » plutôt que la branche stochastique

Blockmodeling vs détection de communautés == pas utile pour détecter communautés

The Louvain algorithm

Deux types d’équivalence: voir Beaugritte 2011

Étapes: 1. Matrice d’adjacente; 2. permutation algorithmique; 3. matrice image

Batagelj 2002 == types de blocs

Interprétation du blockmodel, 3 possibilités (Faust & Wasserman 1992), aussi utilisé par Lazega en 2001 pour parler de niches sociales, positions denses

  1. Description des attributs des acteurs dans chaque block
  2. Description des positions (comment chacune des positions est reliée aux autres?), c-a-d est-ce que les block reçoivent ou envoient des liens
  3. Description de l’ensemble du blockmodel, description de sa structure

L’autre présentation de Julien

Trois trucs

  1. Tests statistiques simples: est-ce que mes données collent à un modèle? Par exemple, le tirage d’un dé est-il aléatoire? Hypothèse est oui. Est-ce que les observations sont significativement différentes d’un modèle => suivent la loi normale (ou non). On connaît déjà la loi/distribution que l’on veut utiliser (chi-2, student, poisson…)
  2. LRQAP test: on ne connaît pas la loi de probabilité – il faut « deviner » la loi de dépendance car on ne la connaît pas exactement
    1.  voir Krackardt 1987
      1. Modèle de régression logistique
      2. variable dyadique
      3. permutation des variables pour obtenir des coefficients de beta pour voir si on a un effet significatif
    2. on tente de créer de l’aléatoire pour dessiner la dépendance
Conférence France

Analyse réseaux complexes — Jour 2

J’ai l’énorme privilège de participer à l’École thématique CNRS sur l’Analyse de réseaux et complexité. Voici quelques notes.

Collecte de données – Marie-Pierre Bès; Guillaume Favre; Claire Lemercier

Guillaume Favre

Types de collecte: questionnaires sur les relations; questionnaires sociométriques; expérimentation; entretiens: narrations qualifiées; traces de pratique ou sources écries; observations: plus rare?

Exemples:

  • Héran (1988) sociologue français sur les égoréseaux
  • ISSP 1986, 2001, 2017 dans « social networks »
  • Panel ELLIPSS – capital social des individus
  • Grossetti (2005, 2007) dans social networks – avec générateurs de noms (champs pré-populés avec options de type à choix multiples)
  • American Global Social Survey de McPherson et al en 2006
    • Résultats controversés (Fisher 2009, Wang…….

Marie Pierre Bès

Classes d’informations ou de questionnaires ou d’approches théoriques

Claire Lemercier

Utilisation des « traces » comme source. Les traces peuvent être des documents (d’archive, images, vidéos, etc.), des médias sociaux, …

Idée: extraire les juris de thèse à partir de la page de couverture <- travail à faire ->

Le potentiel est infini quand on explore les sources: à condition d’être spécifique sur les relations ou types de liens que nous allons explorer (parfois, être exhaustif étourdit et distrait)

Coda: quelle population étudier: toujours se demander à propos de quoi on veut et on a les moyens d’être systématique

Analyser un système urbain à partir de son réseau viaire et de son réseau parcellaire – Claire Lagesse & Cécile Rivals

Claire: Morphologies des villes – extraire le réseau de rues – sommets aux intersections – rues les arcs

Cécile: parcelles de terres (arpenteurs) – relations mitoyennes sont les arcs et les parcelles sont les noeuds

Claire: univers de la théorie des graphes: regarder les relations des réseaux des voies et des parcelles

Cécile: exemple des sources historiques : plan et registre fiscal du 18e et 19e siècle – avant, on perd les plans mais on a les Compoix et les Terriers – registres fonciers où l’on peut obtenir les réseaux parcellaires.

Représentation des sources historiques dans une base de données – reconstitution de cartes à la main (travail de moine)

Registres fiscaux: base de données Tercomp : matrice d’adjacence des parcelles: graphe d’adjascence des parcelles: comparer pour ….. [trop rapide]

Analyse de corpus de décisions juridiques : quel apport de la science des réseaux ? – Fabien Tarissan

Voir les publications de Fabien Tarissan.

Création du Cour pénale internationale (CPI) en 2002 et premier jugement en 2012. Masse importante de documents; procédures longues et complexes; chaînes de décisions techniques; pas de recueil de jurisprudence.

Réseau dirigé; acyclique; statique; biparti (articles de loi et jugements)

Toutes les décisions: http://www.legal-tools.org

Questions de la science du réseau: quelle place pour les réseaux juridiques; interprétation des métriques habituelles; nouveau schémas relations/modèles; structure biparties et unimodal

Juridiques, entre autre: modèles droit civil et common law

Analyse statique

Distribution des degrés

Pour l’interprétation des impacts juridiques, voir: 

« réutiliser des métriques classiques, connues »

Évolution de l’importance au cours du temps (CJUE)

Comment tenir compte du temps?

Graphe orienté acyclique (CAG)

Temps versus degré: les décisions récentes ont moins d’occasion d’être citées; les décisions importantes continuent d’être citées au cours du temps

Deux variations proposées:

  • Au lieu du degré entrant on regarde le degré relatif: relie le nombre de citations au nombre de citations possibles; valeur entre 1 et 0
  • Longévité: distance temporelle moyenne séparant deux décisions

Quand on regarde le degré relatif: on constate des décisions que les juristes n’ont pas nécessairement relevé mais pertinente pour le cas

Longévité moyenne: les décision procédurale importante qui n’est pas commentée par les juristes

AUTRE ÉTUDE
Est-ce que la citation reflète l’importance réelle; est-ce que les métriques réseaux……… [trop vite]

Exploiter les structures uni- et biparties

Inférer le contenu d’une décision: comment identifier les décisions dont la citation d’un article de loi ne concerne pas la cause principale?

Regarder le sous-graphe de l’égoréseau dirigé autour de la décision cible pour identifier les articles cités par les décision subséquentes. Définir le profil d’un jugement

Mesurer la polyvalence: cristalliser un raisonnement juridique particulier plutôt que son « sujet » en droit ou son domaine juridique == regarder aussi les PARAGRAPHES importants, polyvalents en plus des jugements

Formes des réseaux personnels sur Facebook – Raphaël Charbier

Application AlgoPol

Les 30 graphlets de taille 5 ou moins sans îlots – la couleur représente la centralité des petits réseaux – analyse de l’émergence de ces structures dans l’égoportrait d’un réseau d’ami d’un participant à une étude de ses données d’amis sur Facebook, associé à la CNIL.

Table ronde : Sources et réseaux : quels enjeux interdisciplinaires ?

Discussion sur les perspectives épistémologiques et herméneutiques des participants de la matinée.

Atelier de l’après-midi: Gephi, Cytoscape, R

Gephy – Fabien Tarissan

Importer les données; aller dans Layout et choisir l’algorithme de visualisation « ForceAtlas2 » – jouer avec les paramètres

Demander la distribution des degrés sous Statistics > Network overview ; aussi Betweenness, Eccentricity Distribution

À chaque fois que l’on demande des données à Gephy via ce menu, le logiciel ajoute des colonnes de données à la Data Table (table de données sur les noeuds et sur les liens)

Ensuite, export table en CSV

Comment importer les données? File > Open. Mais, il faut préparer le fichier avant. Le plus simple, c’est une liste de liens (deux sommets liés). Ceci dit, le graph résultant n’aura pas beaucoup de détail.

Cytoscape

Introduction rapide

RStudio

Pour aller plus loin : http://kateto.net/network-visualization
Traduit en français ici : https://arshs.hypotheses.org/403

Conférence France

Analyse réseaux complexes — Jour 1

J’ai l’énorme privilège de participer à l’École thématique CNRS sur l’Analyse de réseaux et complexité. Voici quelques notes.

Pierre Mercklé – Introduction à l’analyse en réseaux

Surtout, la perspective sociologique des réseaux sociaux [personnels], son histoire et son émergence:

Pierre Bourdieux, La Distinction 1979 p.140-141; Raisons pratiques

Blogue: mondegeonumérique.wordpress.com Thierry Joliveau

John Scott, 2012, Social Network Analysis: A Handbook, Sage, p.12

Freeman, Development of Social Network Analysis: a Study in the Sociology of Science, Empirical Press, 2004, p.131

Moreno, Who Shall Survive, 1934

John Barnes, Classes sociales et réseaux dans une Île de Norvège, Réseaux, 2013 [1954], p.217 : pour une distinction terminologique entre web et réseau, « tisser » et réseau social, réseau informel, points reliés par des lignes

S. Milgram, 1967, « the small world problem » Psychology Today, 1, pp. 62-67

Merklé, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte

Bertrand Jouve – Introduction à l’analyse des réseaux complexes

« Ce que j’ai envie de faire »  « comme matheu » : s’attacher à comprendre la structure et sa dynamique, en mesurant, en construisant des modèles qui les reproduisent: variables pertinentes, dépendances…

1. Introduction

Mathématicien et physicien: apportent des outils différents

Math sont moyens pour simplifier un problème avec des outils génériques: approche formelle suppose des hypothèses même bien cachées derrière des équations

Un système complexe est constitué de nombreuses entités dont les interactions conduisent à l’apparition d’un comportement global dit « émergeant » qui peut être expliqué en considérant uniquement les propriétés individuelles de ses constituants. Nécessité d’identifier: des interactions multi-échelles, des boucles de rétroaction, des bifurcations, des phénomènes en cascade.

Par ailleurs,

Réseau complexe: système complexe dont les interactions interindividuelles sont dyadiques

Et

Réseau social (complexe) : réseau complexe dont les interactions sont régies par des liens sociaux

(Green & Sadedin, 2014)

(Alan Kirman)

Les SHS [sciences humaines et sociales], SDV [science de la vie], SPI [sciences pour ingénieurs] abordent différemment le traitement de la complexité ;  l’objectif doit maintenant être de construire la continuité des concepts, méthodes et outils sur des objets partagés.

L’objet est de comprendre les logiques qui sous-tendent la dynamique du réseau et d’en construire un modèle simplifié

Que doit-on disposer pour étudier un réseau cokmplexe

  1. Identifier et décrire l’hétérogénéité des noeuds (sommets, vertex)
  2. Identifier et décrire la diversité des interactions entre les noeuds
  3. Analyser la structure du réseau et identifier les échelles perfinentes
  4. Caractériser la dynamique et les logiques qui la sous-tend

(3) et (4) sont fortement liés: la structure des interactions entre les individus est une contrainte importante sur la dynamique et donc l’existence de comportement émergents du système. (épidémies)

2. Réseaux complexes

  • Ce qui nous intéresse c’est quand la structure globale d’un réseau observé s’écarte d’une structure « classique » , appelé modèle nul
  • Un modèle nul est un ensemble de graphes qui ont le même nombre de sommets que le graphe étudié et qui conservent un certain nombre de caractéristiques locales (degré, clustering, …)
  • Il faut donc être capable de produire des graphes avec ces propriétés voulues
  • et de les comparer au graphe initial (en général, on vérifie seulement si la propriété globale est conservée)

Donc, on se trouve à générer une multitude de graphes ayant les mêmes propriétés pour les sommets afin de voir si notre graphe est « surprenant » ou non. Il s’agit de

  • « modèles de référence » ou graphes élémentaires:
  • réseau réguliers; graph Erdos-Rényi (nombre de sommets fixés, les arêtes sont tirées indépendamment suivant une loi uniforme de paramètre p) dans ce cas, on obtient une distribution des probabilités des degrés.
  • The configuraiton model: nombre de sommets fixés, distribution de degrés fixés [Fosdick, 2018, SIAM]

3. Des modèles statistiques des réseaux sociaux

En fixant de plu en plus de contraintes sur les modèles nuls, on va in fine basculer dans une autre logique qui est de chercher un modèle statistique générique qui explique assez bien l’observation qu’on a. On s’intéresse au codage, dans le modèle, de configuration récurrentes (ie. dépendances dans des données relationnelles)

[il saute le reste de la partie 3 et blitz la partie 4]

4. Quid des modèles génériques?

Small world, scale free, …

Watts-Strogatz model

Barabasi model

5. Big data

bertrand stigler sur canal-u.tv

On fouille pour trouver ce qu’on cherche – La data Science doit servir la science (des concepts).

Atelier 1 – Claire Lemercier

Format du fichier « classique » en réseau: entité 1 + entité 2 + lien + source

Deux inspirations:

  • réfléchir aux classes distinctes d’entités au-delà du classique personne, place, temps, objet. Pour mes recherches, je crois que les liens sémantiques en droit sont très pertinents
  • explorer et chercher le moment « woah hoo » donc, viser l’itération d’hypothèses ou de versions de réseaux sans trop s’embêter avec la conceptualisation théorique de l’approche. Peut-être une approche inductive en amont.

Suggestions de lecture personnelles par Claire pour l’idée de l’analyse en réseau du droit :

Atelier 2 – Guillaume Cabanac et Gilles Hubert

Récupération de données bibliographiques du web.

  1. Données par tabulation: base bibliographique Web of Science tout est payant, sauf si votre institution est abonné; limite de 500 notices à la fois; téléchargement et utilisation de la fonction de « text to columns » de votre tableur préféré; utiliser l’outil Voyant Tools pour traiter rapidement le corpus rapidement.
  2.  Données structurées JSON, outil http://www.altmetric.com : permet de générer certaines de mesures de popularité pour un article scientifique selon une certaine quantité de sources de données; permet d’interroger le système via l’API selon le DOI d’un article; utilisation de « ./jq » pour interroger l’arbre JSON pour les données que l’on désire dans le schéma
  3. « Web scraping » (sic) ou moissonnage ou aspirateur de site web. Structure des pages: Document Object Model; idée: demander à archive.org d’indexer une page web pour avoir un permalien afin de publier celui-ci comme source dans une bibliographie d’un article; visualisation des chercheurs dans un labo de recherche oeuvrant dans divers thèmes et axes avec Gephi

Question de la salle:

 

Bibliothèques France Histoire et sciences sociales Patrimoine

Lecture de Histoire des bibliothèques (2013) de Barbier

Avis: ce billet constitut une lecture personnelle d’un livre et ni une critique, ni un compte rendu complet. Il s’agit d’une appropriation personnelle de son contenu en vertu d’un besoin d’information qui n’est peut-être pas le votre.

Depuis un certain temps, je me demande quelle est la relation conceptuelle entre les bibliothèques et le droit d’auteur. Dans un premier temps, ces institutions précèdent de quelques millénaires le cadre juridique qui régit les oeuvrent qui portent notre culture, notre savoir et nos informations. Dans un second, il est clair que plusieurs questions contemporaines les lient de manières uniques et importantes. Comment alors appréhender le lien qui unit les bibliothèques et le droit d’auteur ?

À primeabord, il me semble que les bibliothèques et le droit d’auteur sont deux institutions dans le système social culturel, médiatique et éducatif. Ils règlementent les relations entre des agents et des éléments (étudiants et livres, par exemple) soit du point de vue communautaire (pour les bibliothèques), soit, plus largement, par le truchement du système juridique via le droit d’auteur (je fais référence explicitement à Luhmann ici). Mais, peut-on tisser des liens entre ces mécanismes?

Il me semble que le droit d’auteur et les bibliothèques évoluent selon une trajectoire asymptotique, pour enfin se croiser et même se superposer vers le milieu du 20e siècle. C’est à ce moment que alphabétisation galopante rencontre des moyens de reproduction largement disséminés (photocopie dans un premier temps, suivi des technologies numériques). Ray Kurzweil a déjà élaboré comment les humains perçoivent les choses comme évoluant selon un ordre arithmétique tandis que la réalité est plutôt géométrique…

Frédéric Barbier a récemment offert une conférence à l’ÉBSI sur un thème analogue et n’ayant pas eu la chance de me dégager pour y assister, j’ai opté pour un de ses ouvrages récents. Ce fut une belle lecture des fêtes…

Frédéric Barbier nous offre son Histoire des bibliothèques en 2013 chez Armand Colin. Une lecture sympathique qui offre un survol depuis le début des temps jusqu’à hier (car le numérique n’est que superficiellement touché). Il y a parfois des longueurs, surtout lors du dépouillement de certaines bibliothèques au moyen âge et lors de la renaissance – mais je suis bien conscient que cette information est essentielle à la compréhension de l’histoire des bibliothèques.

Il y a aussi un certain biais franco-français. Certains développements réels proviennent de la renaissance italienne, de la réforme protestante en Allemagne et du foisonnement pré-victorien dans le monde anglo-américain… et l’auteur campe l’action de son ouvrage en France. Il couvre les développements bibliothéconomiques en ces contrées, mais surtout et souvent, du point de vue de leur appropriation (on non) par des institutions françaises. Cette approche, évidente pour un Français, fait sourire cet humble québécois.

J’ai aimé certains liens offerts par Barbier. Par exemple, celui où il lien Luther et Weber pour expliquer la doctrine protestante face au travail. « Autrement dit, l’imprimerie n’est pas la cause de la Réforme, mais elle rend celle-ci possible et, d’une certaine manière, elle assure son succès » (p. 126, Barbier cite Elisabeth Eisenstein, La révolution de l’imprimé à l’aube de l’Europe Moderne 1991). On comprend donc que le salut en terre réformé passe par la lecture de la Bible et l’alphabétisation ainsi que les bibliothèques sont une puissante combinaison pour réaliser cet idéal théologique (p.133).

En France, la bibliothèque devient un instrument de puissance : les riches et les régents se greffent de collections d’envergure pour assurer leur influence mais aussi pour bâtir une courroie de transmission régalienne par l’imprimerie royale (p. 150-1). Il faut lire cette période comme étant difficile pour les collections princières : le livre suit conquêtes et défaites étatiques.

Du religieux au prince, l’université émerge comme un autre modèle pour accélérer l’accumulation des livres. Thomas Bodley offre à Oxford une conceptualisation nouvelle et influente de sa bibliothèque (p. 162-3). Naudé offre aussi à cette époque un des premiers traité bibliothéconomique, ayant influencé Liebniz (p. 168).

Un survol du 18e siècle français offre une incursion au sein des bibliothèques pré-modernes. Celles-ci sont ouvertes au savants, constituent un catalogue assurant la publicité des livres (p. 200-1). C’est aussi lors de ce 18e siècle que Barbier fait mention – un tout petit paragraphe – de l’Amérique : Benjamin Franklin et sa bibliothèque de 1731 (et son club de lecture nommé The Junto) ainsi que James McGill et son don (lors de son décès en 1811) pour fonder l’université éponyme (p. 217).

Ce que j’ai le plus aimé de ce livre fut son traitement de l’Antiquité et surtout, du recensement des plans de César pour fonder une bibliothèque « publique » – c’est à dire, selon la conception du public de l’époque (la citoyenneté est un concept très hermétique et désigne une minorité de la population).

Par ailleurs, le livre de Barbier m’a fait apprécier l’aspect purement paradoxal de l’histoire des bibliothèques. Trois forces ont mues les dynamiques influentes des bibliothèques : les princes ; les prêtres ; et les pestes. Chacune de ses forces ayant contribuée à sa façon à la création et la destruction des bibliothèques. Les princes pillaient et brûlaient les bibliothèques de leurs semblables, tout en accumulant d’impressionnantes collections. Les prêtres aussi, les moines moyenâgeux ayant contribuer à sauver puis publiciser (diffuser) l’héritage de l’Antiquité tandis que la doxa catholique imposait l’index et le contrôle de la pensée. Les protestants ayant retenu une avenu ouverte. Finalement, les pestes (humidité, vermine, etc.) grugent les documents mais ont aussi ouvert la voie à des pratiques bibliothéconomiques contemporaines : l’aménagement des collections dans un bâtiment constitue en partie une réponse à la menace des pestes.

Il reste à savoir comment une nouvelle force, la technologie, tisse ses liens avec les bibliothèques. Certes, l’imprimerie constitue une première force « récente » (500 dernières années) mais il reste à voir comment le numérique entre en jeu.

Pour tout dire, ce livre m’aide à comprendre que les bibliothèques et le droit d’auteur sont apparus en vertu de forces distinctes… et il faut en attendre émerger d’autres pour les voir converger.

Appel de communication Document numérique France

Études sur les doigts

J’ai souvent des conversations intéressantes avec des collègues français au sujet du zèle que nous québécois portons à maintenir l’intégrité linguistique de la langue française. Il trouvait que l’on exagère, il faut laisser une langue vivre, respirer, se développer. Peut-être, mais en tant que simple blogueur francophone sur les sujets techno-juridiques, je dois avouer que je suis témoin de belles bourdes et autres laxismes terminologiques.

Un anglicisme est inacceptable lorsqu’un mot valide existe déjà. Un néologisme est pertinent lorsqu’une idée ne s’exprime pas convenablement dans notre langue et il est convenable de maintenir un certain décorum, une intégrité phonético-poétique.

Je reçois dans mes courriel d’une autre collègue bien intentionnée une note concernant un appel de communications pour le lancement d’une nouvelle revue scientifique, publiée chez Classiques Garnier, intitulée: Études digitales.

Et hop. Je lance l’application du Petit Robert sur mon portable et je vérifie une source autoritaire sur la question. Digital réfère aux doigts. Il faut dire numériques, sinon nous employons un anglicisme.

Je croyais un canular – honnêtement, le site de l’éditeur ne mentionne pas encore la revue. Et l’appel concerne l’écriture de texte, alors il y a quand même un lien avec les doigts car ces appendices servent de vecteur aux mots numériques.

En vertu des dispositions sur l’utilisation équitable (art. 29 et suivantes) de la Loi canadienne sur le droit d’auteur, je vous communique l’appel de textes de cette revue sur le bout des doigts:

Appel pour le numéro 1 de la revue Études Digitales

« Le texte à venir »
La revue sera publiée chez Classiques Garnier
Le numéro 1 de la revue Études Digitales sollicite l’ensemble des humanités pour tenter d’appréhender les enjeux d’une mutation du texte par l’effet de sa digitalisation. Qu’est-ce que le texte digital ? Après le texte manuscrit, imprimé ou « tapuscrit » à la machine, le texte écrit au clavier d’ordinateur ou sur une tablette doit-il être envisagé comme la poursuite d’une même tradition textuelle ou au contraire ne vient-il pas produire un nouvel « encodage » ? Après le texte relié et édité sous la forme du codex, le texte à l’écran produit-il les mêmes effets ? Le texte digital est-il texte au sens des régimes antérieurs de texte, ou est-il résolument d’une autre nature ? N’assistons-nous pas à une transformation de sa grammatisation en même temps que se modifient les techniques de sa reproduction et de sa diffusion comme cela s’est produit au XVe siècle avec l’avènement de l’imprimerie ?
Plusieurs dimensions du texte digital seront envisagées dans ce numéro 1 : sa matérialité à travers les appareils et les interfaces qui le rendent visible, son mode de conservation et d’organisation de la mémoire, son inscription paradigmatique dans les représentations du savoir, les pratiques qu’il permet dans un contexte interopérable. Seront également traités les échanges qu’il autorise, les formes d’interprétation qu’il suscite ou facilite, plus largement, les questions qu’il pose à une culture fondée sur la conservation des textes, en termes d’historicité et d’invention poétique.
Le texte digital, de par son caractère dématérialisé et hypertextuel, ne peut être considéré comme le simple transfert du texte imprimé sur un nouveau support. Il produit des effets inédits dans le monde de l’écrit : multiplicité des traces jusqu’à l’hypermnésie, duplication indéfinie, mais aussi annulation et effacement, perte ou dilution de la source au profit d’une auctoritas partagée.
Genette définit la transtextualité comme « tout ce qui met (le texte) en relation, manifeste ou secrète, avec d’autres textes ». Ceci permet d’envisager une transtextualité digitale qui met en œuvre, par sa constitution même, un mode général de transversalité et d’hybridation. Ainsi, le numéro 1 de la revue Études Digitales s’ouvre-t-il à une conception élargie du texte, ainsi qu’à tout ce qui se situe au-dessus, au-dessous et autour du texte.
Plusieurs dimensions de la textualité digitale pourront être investies :
Le texte digital entre production, commentaire et invention
L’évolution du support suscite de nouvelles formes d’écriture et de lecture, mais surtout un texte digital ne peut être envisagé selon les mêmes critères qu’un texte imprimé. Il s’agit d’un objet hybride et composite dont les contours ne s’arrêtent pas aux limites de la page ou du volume qui constituaient la forme des textes depuis le codex antique. Un texte digital peut se trouver relié à une multitude d’autres textes (hypertexte) et conserver, comme un wiki, toutes les strates de sa production. Comment produire le texte digital ? Comment envisager une fabrication qui ne soit pas simplement le transfert des pratiques antérieures d’écriture ? Faut-il envisager une herméneutique spécifique du texte digital parallèlement à l’émergence d’une poétique qui rapprocherait le commentaire de l’invention ? Devons-nous en attendre de nouveaux genres, une nouvelle littérature ?
Le texte digital et les savoirs
À l’intérieur de la tradition occidentale, chez Platon, la fixation textuelle apparaît comme un enjeu du savoir, de sa transmission et son organisation. Aujourd’hui, le texte digital réorganise la disposition et le classement des savoirs inscrits, produisant de nouvelles modalités d’accès, de représentation. Faut-il voir dans l’écriture digitale une textualité débarrassée des limites anciennes du texte imprimé et relié et un nouvel espace du texte « à venir » ? Des modes d’élaboration contributifs construisent-ils une articulation pertinente des échanges entre les spécialistes et les amateurs ? Quel format de savoir instruit le texte digital ?
Le texte digital entre mémoire générale et oubli
Dans le contexte digital, les régimes d’une mémoire, à la fois hypermnésique et instable, se trouvent soumis à l’obsolescence des supports et des formats. Quel est alors le statut mémoriel du texte ? Quels seront les modes de conservation et d’indexation du texte digital ? Comment retrouver l’état génétique d’un texte pour le replacer dans l’archéologie des disciplines, quand archive et trace deviennent problématiques ?
Direction de la revue : Franck Cormerais & Jacques Athanase Gilbert
Comité éditorial : Antonioli Manola (Ecole Supérieure d’Art et de Design de Valenciennes) – Catellin Sylvie (Université Versailles Saint-Quentin) – Komur Greta (Université de Mulhouse) – Le Deuff Olivier (Bordeaux-Montaigne) – Lefevre Anne (École Supérieure d’Architecture de Saint Etienne) – Loty Laurent (Paris IV, CNRS) – Marechaux Pierre (Université de Nantes) – Noyer Jean-Max (Université de Nice) – Puig Vincent ( IRI, Centre Pompidou) – Rey Olivier (CNRS) – Rousseaux Francis (Université de Reims/IRCAM) – Vitali-Rosati Marcello (Université de Montréal) –
Comité scientifique: Bachimont Bruno (Université de Compiègne) – Philippe Béraud (Télécom Bretagne) – Bouchardon Serge (Université de Compiègne) – Clivaz Claire (Université de Lausanne) – Carayol Valérie (Bordeaux-Montaigne) – Duféal Marina (Université de Bordeaux-Montaigne) – Giffard Alain (Administrateur civil/Fondateur de Gallica) – Ertzscheid Olivier (Université de Nantes) – Galinon-Mélénec Béatrice (Normandie Université-ULH) – Gefen Alexandre (Paris IV – Fabula) – Jauréguiberry Francis (Université de Pau, CNRS) – Khatchatourov Armen (Télécom ParisTech) – Kerouanton Jean-Louis (Université de Nantes) – Lescop Laurent (ENSAM Nantes) – Moore Gerald (Durham University) – Musso Pierre (Rennes2/ParisTech) – Prié Yannick (Université de Nantes) – Proulx Serge (UQAM Montréal) – Romele Alberto (Université de Porto) – Stiegler Bernard (Conseil National Supérieur du Numérique/Université de Londres/Goldsmith) – Vignon Daphné (Université de Nantes)
Projet d’article pour le 30 novembre 2014 d’environ 3000 signes (sans les espaces). La réponse d’acceptation sera donnée avant la fin décembre. Les articles seront à rendre pour le 1er février, ils seront soumis à la lecture en double aveugle des membres du comité scientifique. Longueur des articles : 30000 à 35000 signes (sans les espaces et bibliographie comprise).
Envoyer les propositions et articles à : etudesdigitales@gmail.com
Franck Cormerais et Jacques Athanase Gilbert
Franck.cormerais@u-bordeaux3.fr
jacques.gilbert@univ-nantes.fr

Ils sont fous ces Français !