Communautés | Page 3

Accès libre Creative Commons UNESCO

L'UNESCO lance des principes directeurs de l'accès libre

Principes directeurs pour le développement et la promotion de l'accès libre L’UNESCO annonce la publication de «Principes directeurs pour le développement et la promotion de l’accès libre » (em anglais uniquement pour le moment).

Le document de près de 80 pages contient des pistes de réflexion pour guides des décideurs d’agences gouvernementales sur le sujet de l’accès libre. Selon l’annonce de l’UNESCO :

Le contenu de la publication est organisé selon neuf sections :

Le développement du libre accès à l’information et à la recherche scientifiques,
L’mportance du libre accès,
Les avantages du libre accès,
Modèles économiques,
Droits d’auteurs et licences,
Stratégies de promotion du libre accès,
Cadre politique pour le libre accès, et
Résumé des principes directeurs.

Par ailleurs, la page 40 du rapport indique ce qui suit :

Summary points on copyright
▶ Open Access requires the copyright holder’s consent
▶ Copyright is a bundle of rights
▶ The norm is to sign the whole bundle of rights over to the journal publisher, though it is not necessary to do this in most cases: publishers can go
about their work so long as the author signs over the them the right to publish the work
▶ Authors and other copyright holders (employers and funders) can retain the rights they need to make the work Open Access
▶ A premeditated retention of suicient rights to enable Open Access is the preferable course of action rather than seeking permission postpublication
▶ Licensing scientiic works is good practice because it makes clear to the user what can be done with the work and by that can encourage use
▶ Only a minor part of the Open Access literature is formally licensed at present: this is the case even for Open Access journal content
▶ Creative Commons licensing is best practice because the system is well-understood, provides a suite of licences that cover all needs, and the licences
are machine-readable
▶ Otherwise, legal amendments to copyright law will be necessary in most jurisdictions to enable text-mining and data-mining for material without
an appropriate Creative Commons licence

Creative Commons

Vers Creative Commons 4.0

Le mouvementCreative Commons lance une consultation à propos de la plusrécente version de ses licences. L’objectif consiste à mettre à jour les licences pour atteindre une version «4.0» d’ici l’automne 2012.

Comme l’indique l’infatigable Calimaq via son carnet S.I.Lex, cette nouvelle version vise, entre autres:

– Prise en compte du droit des bases de données ;
– Meilleure compatibilité avec le droit moral ;
– Assouplissement possible de la clause d’attribution pour les projets massivement collaboratifs ;
– Portée des licences en cas d’adaptation d’une oeuvre sous Creative Commons ;
– Clarification de la notion essentielle d’usage non-commercial.

Voir aussi cette présentation :

Finalement, il faut noter que les versions Canadiennes des licences Creative Commons sont figées à la version 2.5 (il y a un petit bug de traduction et quelques trucs à mettre a jour). Nous avons tenté de les mettre à jour dans le temps où j’étais le responsable intérimaire du mouvement mais nous avons manqué de souffle pour passer les étapes.

Canada Creative Commons

Creative Commons Canada refait surface

Creative Commons renaît au Canada, selon une note de Jessica Coates diffusée sur le site du mouvement international. En plus de confirmer les démarches entreprises par BCcampus, le Samuelson-Glushko Canadian Internet Policy and Public Interest Clinic et l’Université Athabaska, la missive confirme le lancement de l’initiative lors du « Salon » sur les données ouvertes à Ottawa prévu pour le 30 mars prochain.

Pour plus de détails, il faut lire la feuille de route proposée pour Creative Commons Canada : constitution d’un comité aviseur, lancement de la version 4 des licences et nomination d’un responsable de projet, préférablement bilingue (suite à l’obtention de financement).

Il faut préciser que la feuille de route du projet ne semble pas proposer une solution à la question francophone, mais heureusement, comme les instigateurs l’indique, il s’agit d’un projet où la communauté est appelée à contribuer à la tâche. Il faut dire que la question francophone implique beaucoup plus que de la « traduction » – mais bien sûr l’intégration de cette communauté dans l’organisation à proprement parler.

Je suis très heureux de voir que le milieu institutionnel (bibliothèques, musées, gouvernement de tout ordre, etc.) figure au sommet des champs d’intervention de CC_Canada, sans oublier les créateurs, bien sûr !

Finalement, je suis intéressé à ajouter mes efforts au mouvement, comme avant. Il suffit de m’inviter à me joindre à la conversation.

Creative Commons CultureLibre.ca

Mon autre blogue dans la forêt

Les médias sociaux permettent de développer des marques de commerces personnelles. Et comme de raison, je m’y donne à coeur joie !

Je crois vous avoir mentionné que je tiens d’autres carnets afin de créer des outils personnels de gestion de l’information. Polygamie numérique car j’aime écrire, j’aime créer, mais je n’ai pas nécessairement de talent naturel. Mais là, je voulais vous montrer une petite vidéo que j’ai monté pour la Pourvoirie de mon beau-frère et ma belle soeur, nous avons bâti un quinzhee activité pendant la semaine de relâche hivernale :

Une Pourvoirie est un programme du gouvernement du Québec pour utiliser notre immense territoire naturel. Il s’agit d’un lopin de terre « de la Couronne » (i.e. du territoire qui appartient à la Couronne – britannique s’entend – donc à personne ou à l’État, c’est selon) qui est « loué » à un particulier pour qu’il y desserve des activités de villégiature, de chasse et de pêche, en plus de l’exploitation des ressources naturelles.

La soeur à ma femme et son mari (et leurs 3 enfants) ont décidé de tout vendre et d’exploiter 110 km2 de forêt québécoise pour le plus grand plaisir de ceux qui veulent bien s’y rendre (à trois heures de Montréal et Québec). Je suis le québécois le plus heureux : j’ai un authentique beau-frère qui a une authentique pourvoirie !

Depuis, je me suis offert pour gérer leur site Internet, www.PourvoirieWaban-Aki.com, une tâche que j’effectue grâce à une installation WordPress qui héberge des vidéos sur YouTube et des photos sur Picasa. À chaque fois que je m’y rend, je tiens dans ma poche une caméra video numérique (une robuste PlaySport Zx5 de Kodak) pour ces petits moments de beauté en nature. Le résultat (ainsi que des contributions d’autres visiteurs de la pourvoirie) se trouvent sur le blogue.

Mes visites m’offrent un temps de réflexion à propos de l’exploitation d’un bien commun à l’intérieur de la logique capitaliste, dans la même veine que que l’exploitation d’une bibliothèque. La tension entre le droit exclusif et le bien commun se manifeste dans la logique même du progeamme gouvernemental : la location du territoire pour un temps limité mais l’octroi de droits exclusifs pour l’exploitation ; les exceptions ou obligations à l’encontre du pourvoyeur ; etc.

En fait, il y a aussi la rhétorique autour du débat de l’exploitation de la faune et la flore. D’un côté, ceux et celles qui veulent interdire toute coupe d’arbre ou toute chasse. De l’autre, il y a ceux qui invoquent une seine exploitation de la forêt (et presonnellement, je crois depuis longtemps que la meilleure façon de sauver la forêt est de premettre son exploitation par ceux qui veulent son bien).

J’ai découvert un monde. J’ai aussi découvert un autre milieu qui a des problématiques extrêmement raprochées à celles du droit d’auteur et de la culture !

PS. Si vous chechez un endroit pour des vacances d’été, par exemple, un chalet sur le bord d’un lac ou la pêche à la truite, n’hésitez pas à contacter la Pourvoirie Wanab-Aki!

Creative Commons LLD Musique

Bruits gratuits – retrait de CC Sampling

Dans son bulletin courriel, Creative Commons nous informe que la licence « Sampling » (échantillonnage de sons selon l’Office québécois de la langue française) sera retirée du corpus de licences libres.

Par le fait même, le mouvement international pour la culture numérique sous licence ouverte annonce que le portail « Freesound » fera peau neuve. Ce portail recense plus de 120000 bruits sous format numérique et licence libre.

Creative Commons

Le pouvoir du libre

Le mouvement Creative Commons annonce le lancement d’une nouvelle publication : The Power of Open (le pouvoir du libre). Ce livre, que l’on peut acheter ou télécharger gratuitement (bien sûr!) présenter des cas o des créateurs ont vécu des réussites suite à l’utilisation de licences Creative Commons pour la diffusion de leurs œuvres.

Par ailleurs, je tiens à souligner deux excellents billets (partie 1 et partie 2) de Calimaq sur S.I.Lex à propos de cette publication.

Creative Commons Films

YouTube permet les Creative Commons

La communauté Creative Commons annonce que le site de partage de vidéo YouTube offre maintenant la possibilité de diffuser des vidéos grâce à ces licences libres. En effet, YouTube propose même une page d’information sur les licences créative commons.

À lire absolument le billet de notre collègue Calimaq sur son excellent blogue « jurithécaire » intitulé S.L.Lex: YouTube et les Creative Commons : ce qui change vraiment. Cette fin analyse de la situation relève que YouTube ne permet que la licence « Attribution 3.0 des USA » (CC-BY 3.0 USA pour les intimes), ce qui facilite les choses pour le premier site de partage vidéo, mais peut embarrasser certaines institutions car il s’agit d’une diffusion de matériel sous une juridiction des USA. Un autre point intéressant de ce billet consiste en la perspective que la question de loi applicable devient de plus en plus triviale – c’est les contrats qui priment. L’histoire de l’impact des contrats sur les marchés culturels numériques reste encore à écrire. Une excellente analyse en tout point.